Enquête TECHNOCompétences de rémunération sur les emplois en technologies de l’information 2010

Voici un rapport intéréssant publié par technocompétence ( http://www.technocompetences.qc.ca/)

Réalisée par TECHNOCompétences, cette enquête est la plus complète et la plus vaste à ce jour dans le secteur des technologies de l’information et des communications (TIC) au Québec.
Elle est le fruit de la coopération de 184 entreprises qui embauchent en totalité 9 571 employés, un sommet jamais atteint! En 2008, l’enquête comptait 143 entreprises qui embauchaient en totalité 6 350 employés. De plus, l’édition 2010 a permis de documenter
38 postes repères spécialisés en technologies de l’information, contre 35, en 2008.
Hausse des salaires
L’Enquête TECHNOCompétences de rémunération sur les emplois en technologies de l’information 2010 nous permet de constater une hausse moyenne du salaire médian de l’ordre de 8 % entre 2008 et 2010. Cette augmentation est légèrement supérieure aux augmentations du marché en général, qui sont d’environ 6 % pour la même période.
La rémunération d’une région à l’autre
La rémunération offerte dans le secteur des technologies de l’information peut varier d’une
région à l’autre. Par exemple, selon l’Enquête TECHNOCompétences de rémunération 2010, le salaire de base réel d’un analyste-programmeur intermédiaire est d’une moyenne de 53 700 $ à Québec et de 60 500 $ à Montréal. Pour les entreprises oeuvrant dans les autres régions du
Québec, la moyenne s’élève à 51 600 $ comparativement à une moyenne de 57 600 $ pour le Québec. Il s’agit d’une hausse de près de 9 %, par rapport à l’Enquête TECHNOCompétences
de rémunération 2008, où la moyenne était de 53 900 $.
Toutefois, il faut éviter de généraliser, puisque les données entre les régions peuvent être différentes pour plusieurs raisons : l’effet d’échantillon, la pénurie de main-d’oeuvre, etc. Le poste de spécialiste de la téléassistance en TI (centre de soutien technique) en est un bel
exemple. Le salaire de base réel est d’une moyenne de 44 500 $ à Québec comparativement à 43 700 $ à Montréal. Une différence minime à l’avantage de Québec.
L’influence du secteur d’activité
Le secteur d’activité peut également avoir un fort impact sur le salaire. La rémunération peut fluctuer pour un même poste dans différents secteurs. À titre d’exemple, le salaire réel moyen d’un programmeur-analyste principal est de 73 400 $ dans le secteur des éditeurs de logiciel, alors qu’il s’élève à 56 300 $ pour le secteur du multimédia. Ces spécialistes ont vu leur moyenne salariale croître de 65 500 $ en 2008 à 69 800 $ en 2010, soit une hausse de plus de 6,5 %.
La taille de l’entreprise Il est souvent mentionné que les grandes entreprises payent davantage que les plus petites. Il
faut être prudent avec cette affirmation. La moyenne salariale de l’architecte informatique est de 82 700 $ pour les entreprises comptant moins de 50 employés, alors qu’elle est de 81 500 $ pour les entreprises de 100 employés et plus. Dans d’autres cas, on observe la situation contraire. Par exemple, les directeurs développement – R&D (VP, chef) obtiennent un salaire plus élevé en moyenne dans les grandes entreprises. La moyenne salariale est de 119 200 $
pour les entreprises de plus de 100 employés, alors qu’elle est de 110 500 $ pour les entreprises de 50 à 99 employés. À ce sujet, il est intéressant de noter que les postes de cadres supérieurs sont généralement davantage rémunérés dans les entreprises de grande taille.
Le tableau suivant affiche la médiane du salaire cible d’un titulaire pleinement qualifié dont le rendement est entièrement satisfaisant.
IMPORTANT : Les données ci-dessous visent seulement à donner une idée des salaires offerts en TI et sont présentées dans une optique de promotion des carrières. Ils ne permettent pas, contrairement au rapport d’enquête complet, de tirer des conclusions en termes d’une stratégie de rémunération. Ces données ne devraient pas servir de base à une négociation salariale, puisque plusieurs facteurs peuvent les faire varier de façon importante (taille de
l’entreprise, emplacement géographique, secteur d’activité, structure organisationnelle, etc.).
Titres d’emploi
Nbre
d’organisations
Nbre de
titulaires
Médiane
Représentant du service à la clientèle 46 205 42 000 $
Directeur développement – R&D (VP, chef) 118 291 107 800 $
Chargé de projet – Expert 112 519 80 000 $
Chargé de projet – Suivi client 86 444 74 100 $
Conseiller en systèmes d’intégration 24 109 92 600 $
Administrateur de bases de données 53 120 73 900 $
Administrateur de systèmes de réseaux 100 374 62 700 $
Architecte informatique 87 432 80 700 $
Programmeur/analyste – débutant 71 672 45 000 $
Programmeur/analyste – intermédiaire 137 1 229 55 700 $
Programmeur/analyste – principal 118 772 63 000 $
Analyste des systèmes de gestion – intermédiaire 37 372 62 800 $
Analyste des systèmes de gestion – principal 35 189 70 300 $
Spécialiste de la téléassistance en TI (centre de soutien technique) 56 244 47 000 $
Analyste en besoins d’affaires – intermédiaire 43 395 67 700 $
Analyste en besoins d’affaires – principal 43 213 74 100 $
Programmeur/analyste organisationnel – « ERP » 19 75 81 500 $
Analyste de la sécurité de l’information 26 93 68 000 $
Programmeur 52 488 59 100 $
Intégrateur (WEB) 41 135 54 500 $
Technicien multidisciplinaire 23 117 47 900 $
Technicien support technique externe 64 602 71 900 $
Concepteur WEB – Web designer 38 70 55 200 $
Rédacteur technique 24 48 55 600 $
Infographiste 29 84 42 800 $
Conseiller en processus opérationnels 22 154 63 000 $
Analyste Web 15 26 61 200 $
Directeur artistique 17 56 62 700 $
Concepteur de jeux 9 133 60 000 $
Artiste 14 198 49 200 $
Concepteur scénariste 8 18 51 400 $
Directeur principal des ventes 58 105 91 000 $
Chargé de compte – Vente directe 58 155 61 400 $
Régime d’avantages sociaux : une pratique généralisée
L’Enquête TECHNOCompétences de rémunération sur les emplois en technologies de
l’information 2010 couvre également différentes pratiques de rémunération. Pour cet aspect de
l’enquête, nous avons obtenu la coopération de 181 entreprises. Ainsi, il est constaté que
48 % des répondants à l’enquête offrent un régime de retraite (REER collectif, cotisations
déterminées, etc.). Dans l’Enquête TECHNOCompétences de rémunération 2008, 49 % des
organisations offraient ce genre d’avantages. De plus, 95 % des entreprises participantes offrent
un régime d’avantages sociaux comparativement à 93 % en 2008. Il ne faut pas tirer de
conclusions trop hâtives de ces informations, étant donné l’effet d’échantillon.
Il est aussi intéressant de noter qu’une grande partie des entreprises sont plus généreuses en
ce qui concerne les vacances que l’énonce la Loi sur les normes du travail du Québec. En
moyenne, les entreprises accordent une troisième semaine après trois ans de service pour les
employés syndiqués. Les directeurs et les employés non syndiqués obtiennent quant à eux leur
troisième semaine après deux ans de service. Les cadres supérieurs obtiennent généralement
une troisième semaine de vacances dès la première année. Fait intéressant, en 2008 ces
derniers obtenaient une troisième semaine de vacances après deux ans de service.
L’échantillon : une participation record
184 entreprises des quatre coins du Québec ont déboursé 150 $ pour participer à
l’enquête 2010. Près de la moitié de ces entreprises ont également collaboré à l’enquête 2008.
Pour visualiser le tableaux:
http://www.technocompetences.qc.ca/rh/remuneration/sommaire_enquete_2010.pdf

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :